Volcanique !

décembre 15th, 2008 by admin

Il faisait tellement beau ce week-end là, que nous avions décidé de mettre un réveil et d’affronter les hordes de touristes pour nous rendre à Hakone, la “Mecque du tourisme tokyoïte” selon le Lonely Planet. A neuf heures nous voilà donc dans l’une des gares de Tokyo, à prendre un petit train en direction du sud ouest. Nous dépassons Yokohama et quittons la mégalopole pour la campagne, qui, bien qu’assez densément habitée, se couvre de rizières à mesure qu’on s’approche de la montagne.

Vue du train : une petite ville et le mont Fuji

La campagne japonaise : rizières et potagers

Comme vous pouvez le constater, ici la campagne est encore très verte au mois de décembre. A vrai dire, nous perdons un peu nos repères saisonniers : la plupart des arbres sont en train de perdre doucement leurs feuilles, d’où ces magnifiques tableaux rouges et orangés, qui sont ici un vrai spectacle, qu’on vient observer et photographier dans les meilleurs endroits (à suivre…). Mais certains sont encore verts, d’autres sont déjà nus, et nous en avons même vus en fleurs ! Pour preuve, en voici quelques uns, tous photographiés à Hakone :

Après cette petite pause, nous reprenons notre voyage. Il semble que la succession des moyens de transports soit une des attractions de l’excursion à Hakone… Nous n’avons pas trop compris en quoi, mais comme la balade était difficilement faisable à pied dans la journée, nous avons pris, après les deux trains qui nous menaient à Hakone, un funiculaire puis un téléphérique.

Le téléphérique a tout de même ceci de bon, qu’il permet de surplomber les lieux. Et là, nous passions au dessus de la “vallée bouillante” :

Eh ! oui, ce que je n’ai pas dit mais qu’on peut deviner à la silhouette du mont Fuji, c’est que Hakone est un site volcanique. D’où les sources chaudes, qui font le succès thermal de la région, et d’où aussi ces fumerolles qui sortent de terre avec une forte odeur de souffre. Le spectacle est encore plus impressionnant de près :

Quand on voit ces fumées et le sol brûlé par les gaz sur la dernière photo (et plus encore quand on sent l’odeur de souffre, qui vous est ici épargnée), on se demande ce que font tous ces gens au pied d’un bain bouillonnant de gaz à 80°…

Et bien, ils y mangent des oeufs. Si, si, des oeufs durs cuits dans le bain en question, dont, pour finir de vous dégoûter, ils sortent noircis par le souffre :

(un gentil monsieur qui a bien voulu faire poser son oeuf pour nous)

Non, nous n’avons pas tenté l’expérience, mais sommes redescendus bien vite car ça sentait quand même très mauvais. Sur le chemin du retour, petite scène de tourisme à la japonaise : un amas de visiteurs et une file d’appareils photos tournés dans la même direction :

Il faut dire que la star en question méritait bien un cliché ou deux (nous on en a pris 43, mais c’est une autre histoire…) :

Nous reprenons ensuite le téléphérique pour descendre jusqu’à un lac, qu’on est censé traverser en bateau. Sauf qu’un bateau pour touristes, au Japon, ça ressemble à ça :

Au moins, ça nous aura fait rire ! Heureusement, nous n’avons pas renoncé à notre dignité pour rien : le lac offrait des vues magnifiques, notamment quelques unes imprenables sur le mont Fuji.

De l’autre côté du lac, restent quelques tronçons d’une allée de cèdres plantés au XVIIe siècle pour abriter les voyageurs du soleil et des intempéries. Nous profitons de ces quelques centaines de mètres de calme (il faut croire que la marche à pied est le mode de transport qui a le moins de succès) et du parfum du cèdre, encore meilleur après celui du souffre !

Au bout de l’allée, il fait déjà presque nuit et nous avons raté les derniers bateau / téléphérique / funiculaire (il est tout de même 16h30…). Nous prenons donc un car, c’est tout de même plus simple, pour rejoindre directement Hakone et le train de Tokyo.

Posté dans Visites hors Tokyo

Leave a Comment

Please note: Comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.