Curiosités

Convivialité

Scène quotidienne dans le métro de Tokyo : des dormeurs et des masques…

Chausse japonaise

Les chaussettes sont au Japon partie intégrante de la tenue, car on les montre souvent : à la maison, au restaurant, voire au bureau, ou dans la rue si l’on porte les chaussures traditionnelles. Donc on les choisit bien !

On trouve tout à Tokyo

Clin d’oeil aux lecteurs picards !

Comme à la maison !

Les Japonais aiment se mettre à l’aise : dès qu’ils s’installent pour un moment, ils n’hésitent pas à sortir chaussons, plaids, brosses à dents… Au travail, bien sûr (véridique mais pas de preuves !) ou, comme ici, dans le train !

C’est la mode du mini short !

Les Japonaises ont une étrange conception de la mode. Par exemple, cette année, c’est la mode du mini short : on en voit absolument partout, quel que soit le temps. Alors quand il neige, il faut soit accepter de se geler les guiboles (option majoritaire), soit trouver des solutions, qui peuvent aller jusqu’au cache-cuisse en serviette éponge :

Mais bon, tant que le mini short est là, l’honneur fashion est sauf !

Women only

Pour lutter contre les mains baladeuses, et les procès qui s’en suivaient, les Japonais ont créé des wagons de métro réservés aux femmes aux heures de pointe. Les Coréens semblent être allés encore plus loin avec le parking réservé aux femmes ! (vous pouvez cliquer sur la photo pour l’agrandir)

Costumes coréens

Cela n’a rien de curieux, c’est même plutôt joli, mais je ne savais pas où mettre cette photo… Il s’agit de costumes traditionnels coréens vus à un spectacle.

Rock’n Roll

Quand on appartient au peuple le moins moqueur du monde, on peut tout se permettre (jusqu’à ce que passent des touristes au mauvais esprit !).

Correction de copies

Manque de place

Stationnement à la japonaise

Foule

Il y a des jours où c’est plus pénible que d’autres…

Travail de nuit

A Tokyo, les travaux de rue se font beaucoup de nuit, ça avance plus vite…

Amour canin

On vous a déjà fait le coup, mais franchement, on ne s’en lasse pas…

Mon beau sapin

Scène récurrente pendant tout le mois de décembre à Tokyo…

des gens qui font la queue pour photographier un sapin en plastique…

Trois petits cochons

Voici à quoi ressemblent les maisons tokyoïtes, version trois petits cochons :

- la maison de paille (en plein quartier de Shinjuku, au milieu des buildings, au pied d’une des plus grandes gares du monde…)

- la maison de bois (maison traditionnelle)

- la maison de brique (apparemment la version cossue)

Manucure

Pour expliquer une précédente allusion aux ongles à la mode au Japon, voici l’affiche d’un salon de manucure.

Cela coûte quand même à peu près 50 euros…

Juste pour rire

Vu dans des toilettes publiques… vous aurez l’explication dans un prochain article !

L’art de la photographie

Ou comment monter une vache sur les toits de Tokyo !

Le travail bien fait

Ceci dit, il a intérêt à les tasser ses feuilles, vu ce qu’il reste à ramasser…

Addiction

Scène courante dans les rues de Tokyo :

Publicitaire en mal d’inspiration

Parfois on se demande ce qui leur passe par la tête…

Kawai !

Les filles japonaises s’efforcent généralement de ressembler à ça :

Même si ce ne sont pas toutes des mannequins, elles sont toujours très soignées, très maquillées (retouche toutes les heures), jusqu’aux ongles (la mode est de les avoir laqués et couverts de strass). La mode n’est pas au décolleté, mais au mini short (ou mini jupe), le plus court étant le mieux. Mais le détail qui change tout, c’est la démarche : la minette japonaise marche avec les genoux en dedans, ça fait “kawaï” (mignon) ! Oui, les jambes du mannequin sont sur la photo dans leur position “normale”. Après brain storming sur le sujet, nous sommes arrivés à la conclusion que leurs jambes devaient être déformées par la position assise sur les talons (on vit encore largement à même le sol au Japon, et les filles ne s’assoient pas en tailleur). Après, ça peut bien sûr s’accentuer par coquetterie !

La rebelle

Non, toutes les Japonaises ne sont pas comme le mannequin ci-dessus : nous avons trouvé une rebelle !

Agoraphobie ?

Faites le test un samedi soir à Shibuya…

(nota : Charlie est sur les photos : bravo à celui qui la trouve !)

Si le test est positif…

Si la foule de Shibuya vous donne des sueurs froides, vous vous sentirez sans doute plus à l’aise dans un tortillard de province en soirée : voilà le train que nous avons pris pour rentrer de Nikko à Tokyo.

Et oui, seuls dans le wagon ! Il était 21h, un dimanche soir, au retour d’une des villes les plus touristiques du pays… (vous pouvez comparer avec un Deauville-Paris par exemple).

Mais c’est bien un wagon vide la nuit, on peut se prendre en photo dans la fenêtre d’en face ! (oui, nous étions très fatigués de notre week end…)

Shopping

Un magasin de kimonos, juste pour le plaisir des yeux.

Cela fait plus de 2000 euros la pièce…

Sentiment de sécurité

Nostalgie

Confusion des genres

Où est-il dit qu’il est interdit de promener son furet ?

Joueurs de Go à Osaka

Ah, le chic français…

Un certain sens du service

Scène habituelle sur le quai du Shinkansen, le train à grande vitesse japonais : deux femmes de ménage attendent l’arrivée du train et saluent les voyageurs qui en descendent, avant de nettoyer en cinq minutes tout le wagon, changer toutes les serviettes appuis-tête et retourner les sièges pour qu’ils soient toujours dans le sens de la marche…

Euh, non, il semblerait qu’elles ne soient jamais en grève.

Rosa, rosa, rosam…

C’est qu’il y a de quoi en perdre son latin…

Patience ou démence ?

Ceci est la queue pour entrer au magasin H&M de Tokyo… Pour mieux comprendre la photo, l’entrée est tout à gauche et il y a en fait quatre épaisseur de file… Ne me demandez pas si ça vaut le coup, je n’ai pas eu la patience d’aller voir !

Encore de la vie canine…

Mais comment résister ?

Il serait tout de même injuste que celui qui n’a pas de place dans la poussette doive encore se salir les pattes.

Mondialisation et tradition

C’est un cliché que de mettre en avant le savoir faire des Japonais pour s’adapter à la modernité et imiter ce qu’ils apprécient ailleurs, sans pour cela perdre leurs traditions et leur art de vivre. Mais, comme beaucoup de clichés sur le Japon, il se révèle finalement assez vrai. Un petit exemple sorti du panier des courses :

A gauche, la mondialisation : des pâtes spéciales pour Halloween, avec des couleurs et des formes bizarres (citrouilles, araignées…). Sachant par ailleurs que les Japonais ne mangent pas habituellement ce genre de pâtes à l’italienne (ils ont des nouilles de riz ou de sarrasin).

A droite, la tradition : voilà le genre de gourmandises dont ils raffolent à l’apéritif : du poulpe séché (en l’occurrence, mais ça peut être n’importe quel poisson)… miam !

A chacun de voir ce qui l’effraie le plus pour sa soirée d’Halloween :o)

PS : pour ceux qui se demandaient comment on faisait pour les courses, voilà la réponse : on n’achète que des produits à emballage transparent !

Mon téléphone (jeu-concours !)

Presque un portable typique japonais : assez grand, de couleur vive et brillante, décoré d’un autocollant et d’une breloque. En fait, il est encore un peu trop sobre : j’aurais pu le recouvrir entièrement de strass et y attacher une dizaine de trucs à pendouiller. Tiens, d’ailleurs, je pourrais…

Euh, oui, c’est bien un Kiki déguisé en daim et tenant un bouddha pour doudou… La magie combinée de l’industrie chinoise à bas coût et du goût japonais pour les souvenirs idiots !

Ne cherchez plus d’où il vient, nous avons déjà deux vainqueurs ex-aequo : bravo à Mireille et à Marion qui ont reconnu un souvenir de Nara !

Faites un voeu !

Dans chaque sanctuaire, on peut acheter pour quelques yens une tablette sur laquelle écrire un voeu avant de la pendre à un portique. Et vous, que demanderiez-vous ?

Possibilités de reconversion pour les banquiers japonais ?

Au Japon, il y a du travail… il suffit d’être motivé !

Enfin, même l’ours je peux pas faire, il faut connaître un minimum de japonais…

Il n’y a pas de petites économies

(100 yens font à peu près 80 centimes d’euro…)

Marketing

Non, nous n’avons pas vérifié.

Grosse fatigue

Dans le métro, même les sumos dorment :o)

Sans titre…

Vu à Kyoto, mais désolés, pas le moindre début d’hypothèse concernant la nature de la consultation en question…

Cherchez l’erreur

Dans les restaurants traditionnels, il faut se déchausser pour marcher sur les tatamis. On remarque alors des détails qui nous auraient probablement échappé sinon !

Pour ceux qui tombent du lit

Une chambre dans une auberge traditionnelle (ryokan) : pas de lit, après dîner on écarte la table (basse, on mange agenouillé), et on installe les futons rangés pendant la journée dans les placards aux portes coulissantes. Mais on y dort bien :o)

Même pas chaud

L’important, c’est d’avoir la classe. Et s’il faut porter un bonnet en laine ou des bottes fourrées par 30°C c’est pas grave.