Sumimasen !

décembre 1st, 2008 by admin

Désolés, trois fois désolés (enfin, surtout désolée en fait…) pour cette longue période de vache maigre sur le blog. Comme vous avez dû l’entendre quelque part, en cette période de crise la production diminue…

Bref, nous étions bien trop occupés ces derniers temps pour écrire de nouveaux articles…

(Guitar heroe : merci Eun !)

(restaurant de brochettes)

(eh ! oui : Mario Kart !)

Mais rassurez vous, il y a plein de nouveaux qui arrivent, avec des feuilles rouges, des temples du XVIIe siècle, des fumeroles de souffre, le mont Fuji, des bateaux pirates, de la gastronomie de saison, et des curiosités encore et toujours ( parce qu’ici, les surprises ne connaissent pas la crise !) : alléchant, non ?

Bon, sinon je vous rappelle que même s’il n’y a pas d’articles, nous alimentons régulièrement l’album photo sur Flickr (lien sur la colonne de droite).

Et merci à vous de prendre le temps de venir faire un petit tour par ici !

Posté dans Non classé (no comments » )

Une île dans la ville

décembre 1st, 2008 by admin

On l’oublie facilement, mais le Japon est un archipel, et même Tokyo possède plusieurs îles. Ainsi, le quartier d’Odaiba, bien que très proche du reste de la ville, constitue une attraction par sa seule insularité, et une destination idéale pour une promenade de dimanche après-midi.

Bien sûr, on peut s’y rendre par un pont, mais perd alors la vue sur, justement, le pont !

Donc, pour les moins pressés, les enfants et les touristes, le moyen le plus agréable de rejoindre Odaiba est le bateau. Encore faut-il trouver l’embarcadère… que nous serions encore en train de chercher sans l’aide d’un de mes profs de japonais (qui donne d’ailleurs ces cours bénévolement, deux fois par semaine, comme sa demie douzaine de collègues…), croisé par hasard dans la rue et qui a interrompu sa propre promenade pour nous mener à bon bon port !

Le quartier de la baie de Tokyo (dans les petites rues par derrière,
là où l’on a douze chances sur diz de se perdre…)

Murase-san : aligato gozaimasu !

Donc, une fois dans le bateau, on peut profiter de la traversée pour respirer un peu d’iode (des fois qu’on n’aurait pas mangé assez de sashimis) et admirer la vue sur la ville.

On habite au pied la tour “Eiffel” !

Comme nous ne sommes pas les seuls à avoir eu l’idée de venir se balader sur l’île, celle-ci a été aménagée pour les loisirs, avec un petit air de station balnéaire sans plage. Enfin, ne soyons pas exigeants : il y a quand même la mer, les bateaux et quelques rochers affleurant ; au coeur d’une mégalopole ce n’est déjà pas si mal !

Vision futuriste ou traditionnelle : au choix

Et comme ça reste Tokyo, Odaiba offre aussi de nombreuses attractions architecturales.

Ceux qui en voudraient davantage peuvent tenter la grande roue pour une vue panoramique sur Tokyo.

Mais celle qu’on a depuis la promenade aménagée en front de mer nous a largement suffi, d’autant qu’elle nous a permis de découvrir des coins inconnus…

Le port pour porte-containers de Tokyo, derrière les palmiers d’Odaiba !

… et de profiter des lumières de la nuit.

Mais quelle est cette ville ?

Posté dans Tokyo (no comments » )

Jouer à la musique

novembre 10th, 2008 by admin

Une salle de jeux, c’est forcément bruyant : la musique saturée, les bruits de machines, les cris de joueurs chanceux ou malchanceux, ou juste enthousiastes… Il ne viendrait à personne l’idée d’en rajouter. Et pourtant…

Entre les répliques de voitures pour jeux de courses et les revolvers pour jeux, disons, de garçons, les jeux musicaux font ici fureur. Pas besoin de quinze années d’études au conservatoire, il suffit de taper au bon moment au bon endroit sur la musique, en suivant les consignes de l’ordinateur. La “partition” est facile à lire, par exemple pour les tambours : un rond rouge, on tape au milieu ; un rond bleu, on tape sur le côté ; si le rond est petit, on tape avec une seule baguette ; s’il est gros, avec les deux en même temps. Facile, qu’on vous dit. Et en plus, c’est très drôle, à jouer comme à regarder!

Le principe : un écran, des ronds de couleur, deux tambours

La mise en pratique : un peu de place et de concentration

Le résultat : fou rire à tout âge !

On n’est pas obligé d’aimer les percussions : on peut aussi jouer du piano, de la batterie, de la guitare, du shamisen (guitare japonaise)… (chassez l’intrus).

Et enfin, la version dérivée pour les pieds : le jeu de danse.

Posté dans Pratiques d'aujourd'hui (no comments » )

Prise de hauteur

novembre 6th, 2008 by admin

Ceux qui ont suivi l’épisode précédent se rappellent le quartier chinois de Yokohama. Sa présence s’explique par les fonctions portuaires de la ville. Le village de pêcheur fut décrété au milieu du XIXe siècle et sous la pression américaine port de commerce international. D’où l’arrivée d’étrangers, l’agrandissement du port et l’extension de la ville, aujourd’hui la deuxième du pays.

Le pont et la baie de Yokohama

Mais tout cela semble bien loin lorsqu’on se promène sur les anciens docks, transformés en un quartier ultra-moderne, hérissé de buildings futuristes, plutôt réussis du reste.

C’est d’ailleurs là qu’on trouve le plus haut bâtiment du Japon, un gratte-ciel de 69 étages, auxquels on accède par un des ascenseurs les plus rapides au monde (jusqu’à 45km/heure : ça bouche quand même un peu les oreilles !).

La tour Landmark, le plus haut building du Japon

Evidemment, la vue y est littéralement imprenable.

La baie de Yokohama vue du 69e étage

Une petite idée de la mégalopole japonaise…

Vue de Yokohama et de son célèbre (croyez en ceux qui savent) stade de baseball

Plus traditionnel, mais d’une hauteur également respectable :la grande roue. Car le quartier n’est pas réservé aux hommes d’affaires, et un parc d’attraction s’étend au bord de l’eau.

Cette grande roue offre donc quelques beaux panoramas sur la baie, mais aussi, surprise, entre deux immeubles, sur le Mont Fuji. C’est la première fois que nous le voyions, non sans une certaine fierté à l’idée d’en avoir foulé le sommet. Orgueil mis à part, il est quand même beaucoup plus beau vu de loin…

Enfin, pour ceux qui préfèrent des loisirs plus traditionnels, ou qui ont le vertige, tout le front de mer laissé libre par les installations sus-mentionnées est occupé par une agréable promenade, romantique à souhait si l’on croit les couples d’amoureux qui la ponctuent tous les quatre mètres !

So romantic !

Pour résumer, voici en une image le quartier de Minatomirai : touriste sur arrière-plan symbolique !

Posté dans Pratiques d'aujourd'hui, Visites hors Tokyo (no comments » )

Un air de Chine

novembre 4th, 2008 by admin

Yokohama abrite un des très rares quartiers chinois du Japon.

Un temple du quartier chinois

Celui-ci est par conséquent devenu, Japon oblige, une sorte d’attraction touristique, policée comme il se doit. Ainsi, vous n’y trouverez pas les odeurs si typiques des épiceries chinoises en France ou du Chinatown de New York. Mais le quartier reste quand même très coloré et animé. On y vient donc pour faire des emplettes dans des boutiques de vêtements ou d’”artisanat” de style chinois, car en ce qui concerne la fabrication point n’est besoin d’aller s’aventurer là pour trouver au Japon des produits made in China !

“Mannequin” pour robes chinoises :o)

Les plus spirituels, qui délaisseraient les biens de consommation terrestres, trouvent aussi chaussure à leur pied auprès des devins lisant les lignes de la main.

Mais il y règne surtout un type de tourisme qui semble assez développé au Japon : la visite gastronomique.

La rue type : des restaurants et une foule de potentiels clients

(ps : où est Charlie ?)

Les restaurants chinois se comptent par dizaines, auxquels il faut ajouter les vendeurs de rue et leurs brioches à la vapeur. Si bien qu’on croise à chaque coin de rue des marcheurs appliqués à souffler sur ces sortes de petits pains brûlants tout juste sortis du panier.

Mieux encore, ce Chinatown abrite une sorte de parc d’attraction à thème gastronomique !

“China Museum : food entertainment” !

Autre intérêt du lieu, le temple qui se dresse en son centre, et qui par ses motifs et ses couleurs vous transporte tout de suite en Chine.

A côté de la grande pureté des temples japonais, celui-là semble grouiller de détails, de formes, de couleurs vives.

Réjouissant, surtout par le beau soleil que nous avons en ce moment !

Posté dans Visites hors Tokyo (no comments » )

Un aquarium sur un toit

octobre 30th, 2008 by admin

Pas beaucoup le temps en ce moment, alors je vais faire facile mais joli en me contentant de quelques belles images pour vous faire patienter jusqu’au prochain article ! Car si le Japon c’est le pachinko, c’est aussi, parfois, un très grand raffinement et une véritable recherche esthétique.

Au départ, l’idée semblait étrange : une exposition d’aquariums au sommet d’une des plus hautes tours d’un quartier animé… du coup nous y sommes allés :o) ! Nous avons eu raison, ne serait-ce que pour la vue sur un véritable paysage urbain, d’autant qu’on pouvait en profiter de nuit, l’exposition étant ouverte jusqu’à 25h (sic).

A l’intérieur, l’exposition consistait effectivement en une installation d’aquariums, avec, bien sûr, de beaux poissons aux couleurs lumineuses.

Mais le plus étonnant, et le plus beau, était sans doute la composition des aquariums, conçus comme des tableaux mouvants et fondés sur le double contraste du mélange des couleurs et de l’immersion des poissons dans des déserts coraliens….

(ne ratez pas la crevette !)

ou, plus surprenant, dans des forêts de plantes terrestres.

Posté dans Pratiques d'aujourd'hui, Tokyo (2 comments » )

Une petite partie de Pachinko ?

octobre 23rd, 2008 by admin

Le pachinko est un jeu étrange. Imaginez un écran de télévision (ou peut-être un tambour de machine à laver ?) semé de longs clous sur lesquels rebondissent des petites billes de métal avant de finir leur course dans une fente. N’oubliez pas les couleurs fluorescentes qui rendent fou avant de commencer à jouer, et cela donne à peu près ceci :

Perplexité du néophyte avant le début de la partie

L’action du joueur se résume à tourner la molette qui libère les billes en question. Tout réside, paraît-il, dans la précision de ce geste qui donne sa force au lancer… Après avoir perdu toutes nos billes, nous avons tout de même tendance à penser qu’il doit y avoir autre chose…

Perplexité du néophyte à la fin de la partie

Mais si la règle du jeu ne risque guère de provoquer de maux de tête, sa pratique peut quand même entraîner de fortes migraines, provoquées par le bruit assourdissant des susdites billes ajouté à celui de la musique, voire des réclames au micro, ainsi qu’à la fumé de cigarettes…

Malgré tout, ce jeu fait ici fureur. Il y aurait deux millions de ces machines dans tout le pays, et les salles sont souvent pleines !

D’autant que tout est bon pour appâter le joueur en mal de sensations !

Mais tout cela est connu et cette image du Japon moderne, qui n’est pas la plus reluisante, est devenue un cliché. C’est sans compter sur l’effet de surprise dont semble constamment se jouer ce pays, où l’on peut croiser l’envers du décor dans un arrière-garage, un dimanche après-midi, un quartier traditionnel et populaire du nord de Tokyo :

Atelier artisanal de pachinko

Posté dans Pratiques d'aujourd'hui (no comments » )

Okinawa II (version aquatique)

octobre 20th, 2008 by admin

Chose promise, chose due : voici quelques photos de poissons prises lors de nos expéditions de snorkling à Okinawa ! Nous vous prions de bien vouloir nous excuser si, pour plusieurs raisons indépendantes de notre volonté, la qualité n’est pas à la hauteur de vos espérances :

- pour le rendu des couleurs, merci d’adresser vos réclamations au service des jetables waterproof ;

- pour le cadrage, merci d’adresser vos réclamations aux fabricants de tubas beaucoup trop courts, incompatibles avec l’immobilité ordinairement requise d’un photographe ;

- pour la mise au point, merci d’adresser vos réclamations aux modèles, qui ont montré fort peu de patience dans la pose ;

- pour l’absence de légendes dignes de ce nom, merci d’adresser vos réclamations à nos instituteurs qui ont négligé notre instruction en matière de poissons tropicaux.

Sinon, vous pouvez aussi vous contenter d’un petit effort d’imagination, respirer un grand coup, et c’est parti !

Pour commencer, les artistes :

Puis le décor de corail :

Pour se mettre en bouche, du menu fretin :

Guère plus gros, mais plus coloré :

On monte en gamme :

Une belle prise, deux poissons assez rares :

Deux prises nettement moins sympathiques : la méduse…

… et le poisson trompette :

Nos deux chouchous (ben oui, et pourquoi pas ?) :

Et pour finir, celui que vous attendez tous, la star des mers tropicales : le poisson Nemo :

Et puis allez, de nouveau les artistes :o)

Posté dans Visites hors Tokyo (no comments » )

Osaka : l’improbable château

octobre 18th, 2008 by admin

Si Osaka offre tant de distractions, c’est qu’elle n’est pas, comme Tokyo ou Kyoto, un centre politique, culturel ou religieux. C’est avant tout une ville de marchands, dont le port semble avoir fait très tôt le commerce de la Chine et de la Corée. Elle s’est surtout développée aux XVIIe et XVIIIe siècle, quand une grande partie des marchands du pays sont venus s’installer autour du château bâti en 1583 par le chef de guerre Hideyoshi Toyotomi qui venait d’unifier le Japon à la force de ses armées. Aujourd’hui, la ville a été supplantée par Tokyo comme centre économique, mais reste grand centre industriel, avec de nombreuses usines high-tech.

Vue d’Osaka, ville industrielle

Autant dire qu’Osaka est tout sauf une ville-musée. Mais elle a tout de même conservé comme un symbole le château qui a été à l’origine de sa prospérité. Elle a même fait plus que le conserver, puisqu’elle l’a rebâti à plusieurs reprises (on aime s’en prendre aux symboles…). Si bien que ce que le bâtiment qu’on peut voir aujourd’hui est en fait une construction en béton de 1931… qui fait malgré tout son petit effet, perché en haut d’une colline, protégé par une épaisse enceinte, surmonté d’une série de toits, et, surtout - nous sommes tout de même à Osaka, abondamment doré.

Détail des toits dorés

Contraste architectural

Et puis, tout étant dans la mise en scène, quelques tambours traditionnels et on s’y croirait presque !

Posté dans Visites hors Tokyo (no comments » )

Enseignes d’Osaka

octobre 15th, 2008 by admin

Osaka, troisième ville du Japon, est classée dans les dernières pour la vie culturelle, mais parmi les premières pour la vie nocturne : restaurants, bars (avec ou sans hôtesses), clubs ou salles de jeux y sont légion. Nul besoin d’avoir fait des années de marketing pour en tirer les conséquences : comment faire pour que parmi une telle débauche de lieux de loisir, le chaland porte justement son choix sur le vôtre ? La solution trouvée est à l’image des lieux, guère distinguée mais fort amusante pour ledit chaland : avoir l’enseigne la plus (cocher la case de son choix)

◊ grande

◊ colorée

◊ volumineuse

◊ explicite

◊ articulée

Il semblerait toutefois que l’efficacité du système s’arrête où commence son extension :

Posté dans Pratiques d'aujourd'hui, Visites hors Tokyo (no comments » )